Parc géologique

Le parc géologique du GYB a vu le jour le 20 novembre 2014. Il a été réalisé grâce au don du Rotary Club de la Broye, à l'occasion de son soixantième anniversaire.

L'ensemble des informations relatives aux roches sont l'oeuvre de M. Luc Braillard, du département de géosciences de l'Université de Fribourg. Les blocs ont été sélectionnés sur place par M. David Bonny, adjoint pédagogique de direction au GYB. Le GYB adresse ses sincères remerciements à ces importants acteurs du projet ainsi qu'au Rotary Club de la Broye, à la commune de Payerne, au sponsors et donateurs... toutes ces personnes sans qui ce beau projet n'aurait pu devenir réalité.

Géologie de la Suisse

Située au cœur de la chaîne alpine, la Suisse présente une géologie très variée résultant de la convergence puis de la collision entre les plaques tectoniques européenne et africaine.
Du nord-ouest au sud-est, on rencontre : la chaîne calcaire du Jura, le bassin molassique constitué de différents types de grès, les Préalpes formées surtout de calcaires et les Alpes à proprement parler. On subdivise ces dernières en un domaine « helvétique » en rive droite du Rhône (calcaires et granites) et en un domaine « pennique » en rive gauche du Rhône (gneiss et schistes). Le domaine « austroalpin », présent dans le sud du Valais et l’est des Grisons, est également constitué de gneiss et schistes qui proviennent de la plaque tectonique africaine. 

Le cycle des roches

Les roches sont des assemblages de minéraux qui composent la croûte terrestre. On les répartit en trois familles, suivant leur genèse :

  1. Les roches magmatiques sont issues du refroidissement et de la solidification d’un magma, soit en profondeur (roche plutonique, par exemple granite) soit en surface (roche volcanique, par exemple basalte).
  2.  Les roches sédimentaires se subdivisent en trois groupes : a) les roches organogènes résultent de l’accumulation de coquillages (calcaires par exemple) ; b) Les roches détritiques résultent de l’accumulation de fragments de roches préexistantes (grès, molasse, flysch par exemple) ; c) Les roches chimiques proviennent de la concentration d’éléments dissous dans les eaux de lagunes peu profondes sous l’effet de l’évaporation (gypse par exemple).
  3. Les roches métamorphiques proviennent de la transformation d’une roche préexistante sous l’effet de la température et de la pression (gneiss et schistes par exemple).

Les relations qui existent entre les divers types de roches et les processus qui les lient sont illustrés sur le schéma ci-dessous.